Qualité d’air intérieur

L’air que nous respirons peut-être polluer et avoir un impact sanitaire important. En effet, nous passons 80 à 90% de notre temps dans des environnements clos. L’air intérieur est 5 à 9 fois plus pollué que l’air extérieur. L’air respiré au domicile, au bureau, dans son véhicule, contient de nombreux polluants nuisibles pour la santé.

  • Les polluants chimiques : composés organiques volatiles (COV), oxydes d’azote (NOx), monoxyde de carbone (CO), hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), phtalates, etc. 
  • Les bio-contaminants : moisissures, allergènes domestiques provenant d‘acariens, d’animaux domestiques et de blattes, pollens, etc. 
  • Les polluants physiques : particules et fibres (amiante, fibres minérales artificielles), etc.

Qui est concerné par la QAI ?
La surveillance de la QAI Qualité d’Air Intérieur dans les Établissements Recevant du Public doit être mise en place obligatoirement depuis le 1 er  janvier 2020. Sont notamment concernés les établissements suivants :

  • Crèches et haltes-garderies
  • Ecoles maternelles et primaires
  • Collèges publics et privés
  • Lycées publics et privés d’enseignement général, technologique ou professionnel
  • Centres de loisirs

Quel poluant concernée ?
Mesure des 15 principaux polluants que l’on peut retrouver en air intérieur : 
Benzène, toluène, ethylbenzène, xylènes, alpha-pinène, limonène, formaldéhyde, hexaldéhyde,
acétaldéhyde, trichloroéthylène, tétrachloroéthylène, décane et naphtalène. Mesure des particules classées cancérigènes avérées : ces particules pénètrent profondément dans les voies respiratoires et sont majoritairement émises lors des phénomènes de combustion (trafic routier, cuisine, chauffage, etc.).
Le plan d’action LB DIAG :

  • Etat des lieux, mesures effectuées au moment de l’aménagement et après pour étudier l’impact du mobilier sur l’air du bâtiment.
  • Etat des lieux, mesures effectuées au moment de l’aménagement et après pour étudier l’impact du mobilier sur l’air du bâtiment.
  • Étude du système de ventilation : entretien, fonctionnement, renouvellement de l’air et efficacité.
  • Étude des sources potentielles de pollution liées à l’usage du bâtiment.
  • Mise en place d’un guide pratique adapté à chaque bâtiment pour une meilleure maîtrise de la qualité de

l’air intérieur (QAI).
Ce diagnostic complet vous permet de connaître et de maîtriser en toute connaissance de cause la qualité de l’air dans les bâtiments en exploitation